Les chiffres clés du e-commerce en France 2022-2023
Voir tous les articles - 5 min de lecture
Les chiffres clés du e-commerce en France 2022-2023 12 août 2022
phone system for small business

Les dernières années ont connu l'essor de la vente en ligne, surtout en cette période où la crise sanitaire bouleverse les habitudes de consommation ! De nouvelles perspectives au développement du e-commerce en France voient alors le jour.

Voici les informations clés à garder à l'esprit sur le commerce électronique en France.

Les chiffres clés du e-commerce en résumé

  • Le marché du e-commerce excède 129 milliards d'euros sur l'année 2021, avec une augmentation de 15,1% par rapport à l'année précédente.
phone system for small business
  • 1 consommateur sur 2 a déjà abandonné un achat en ligne au moment de payer.
phone system for small business
  • 75% des français font au moins une partie de leur parcours d'achat en ligne en 2022.
phone system for small business
  • L'activité sur les sites de marketplaces a augmenté de 81 % sur les dernières années
phone system for small business
  • Les plateformes s'imposent avec Amazon en tête : 22 millions de français ont réalisé un achat sur Amazon.
phone system for small business
  • Le social shopping est la prochaine tendance du e-commerce : 31% des français ont déjà réalisé un achat sur un réseau social (Facebook, Instagram ou Snapchat) avec un panier en moyenne compris entre 20 et 50€
phone system for small business
  • La France. en retard sur ses voisins européens. n'est qu'à la 13ème place des pays européens les plus avancés sur le e-commerce.
phone system for small business

Le e-commerce français en forte croissance !

1/ Le e-commerce à l'échelle européenne et mondiale

Ces 5 dernières années ont vu les chiffres du e-commerce monter en flèche au niveau européen, comme au niveau mondial.

  • Environ 89 % des européens utilisent internet, et 73 % de la population européenne effectue, ou ont effectué, des achats en ligne. Ces chiffres en constante augmentation stagnent pour la première fois en 5 ans. Pourtant, le chiffre d'affaires n'a jamais été aussi important.
  • En 2020, le e-commerce a rapporté 744 milliards d'euros à l'Europe, soit une augmentation de 9 % par rapport à l'année précédente.
  • Ce chiffre d'affaires s'élève à 4 280 milliards de dollars à l'échelle mondiale, soit une hausse de plus de 27 % par rapport à 2019.

Ces chiffres ont de quoi faire tourner la tête !

Il faut savoir qu'il y a à peu près 2/3 du CA européen qui provient de l'Europe de l'Ouest.

Mais arrêtons-nous plus précisément sur la France qui a vu sa part du e-commerce doubler dans son PIB en quelques années seulement !

2/ L'évolution du e-commerce français

Le FEVAD a récemment sorti les derniers chiffres du e-commerce français avec un bilan positif pour le marché français. En résumé :

  • Le marché du ecommerce excède 129 milliards d'euros sur l'année 2021, avec une augmentation de 15,1% par rapport à l'année précédente.
  • Les ventes d'articles en ligne ont continué à croître, +7% par rapport à 2020
  • Le marché des services est en croissance de 24% comparé à 2020
  • Le e-commerce concentre désormais 14% du retail (commerce de détail) contre 13,5% en 2020.
  • Les sites de e-marchand en nombre ont augmenté de 11% en une année.
  • On compte quelques 2,1 milliards de transactions effectuée en ligne sur l'année 2021

L'année 2021 est donc dans la continuité des bons chiffres de l'année 2020 et présage encore une année fulgurante pour 2022.

En 2020, le chiffre d'affaires du e-commerce en France, tous secteurs confondus, avait atteint 112 milliards d'euros grâce à une hausse de 8,5 % par rapport à l'année précédente. La France atteignait donc la 2ème place en Europe en matière de e-commerce, et se hisse alors au 5ème rang mondial (selon LSA Conso). C'est donc une place de gagnée et une grosse évolution par rapport au classement de 2016.

En 2019, le secteur du e-commerce représentait 9,8 % du commerce de détail, alors qu'il gagne aujourd'hui du terrain en représentant 13,4 % du marché. Mais regardons ça plus en détail.

Si on traduit en euro les transactions en ligne, en 2020, rien qu'en France, elles s'élèvent à 1,84 milliard, soit 5,8 % de plus qu'en 2019. De plus, le secteur de la vente de services subit une diminution de 10 % alors que le nombre de ventes de produit sur la toile a progressé de 32 %.

La place du e-commerce en France se mesure aussi avec son PIB grâce aux études qui montrent le différentiel entre la somme totale du PIB français et la part qui provient du e-commerce. En 2015, 2,89 % des 2,173 milliards d'euros venaient du e-commerce. En 6 ans, ce chiffre a quasiment doublé puisqu'il est passé à 5,19 % des 2,377 milliards d'euros de PIB français en 2021.

3/ Les pratiques de paiement progressent

Le paiement reste une étape de friction importante pour le commerce en ligne. Selon une grande étude réalisée par la société Dalenys, 1 consommateur sur 2 a déjà abandonné un achat en ligne au moment de payer. Les principales raisons de ces abandons sont liées à des problèmes de sécurité et de confiance en la fiabilité des sites de ecommerce.

Il y a donc une grande marge de progression sur la capacité des e-commerçants à améliorer les conditions de paiement sur leurs sites pour augmenter la conversion.

Malgré tout, le digital fait partie intégrante du parcours d'achat des français : 75% des français font au moins une partie de leur parcours d'achat en ligne. Que ce soit pour de la recherche d'informations, d'avis clients, de prix, etc.

La France en retard sur ses voisins européens

Malgré de bons chiffres en croissance, la France affiche un retard sur le développement du e-commerce en comparaison aux autres pays européens.

Le Blog Du Modérateur dans un récent article a dévoilé le classement des 10 pays européens avec les parts d'acheteurs en ligne les plus élevés et la France n'en fait pas partie :

  • Royaume-Uni (92 %)
  • Pays-Bas (91 %)
  • Danemark (90 %)
  • Suisse (90 %)
  • Allemagne (87 %)
  • Norvège (87 %)
  • Suède (86 %)
  • Islande (83 %)
  • Irlande (81 %)
  • Luxembourg (80 %)
phone system for small business

La France n'est qu'à la 13ème place des pays européens les plus avancés sur le e-commerce.

Marketplaces : une explosion du chiffre d'affaires

1/ Une grande diversité de pratiques

Les chiffres sont en hausse ! Hausse du CA en milliards d'euros, hausse sur le nombre de transactions, hausse sur le nombre de personnes effectuant leurs achats sur la toile, hausse des acheteurs multi-écrans… Bref, malgré la crise, les chiffres n'ont jamais été aussi élevés.

Au-delà des nombres qui grimpent, la façon d'acheter des français se diversifie sur différents aspects :

Aujourd'hui, on achète sur son ordinateur (84,6 %), mais aussi sur son mobile (41,4 %) ou sur sa tablette (16,3 %). 39,6 % des e-acheteurs confient utiliser ces 3 écrans pour leurs achats en 2021 contre 32 % en 2019

Les modes de paiement évoluent aussi : la carte bancaire reste le moyen de paiement le plus utilisé, mais les portefeuilles électroniques, les virements et les chèques cadeaux gagnent du terrain.

Les modes de livraison sont eux aussi très variés : réception à domicile, réception sur le lieu de travail, points relais et click & collect ont la côte ! On remarque aussi le retrait en consigne.

Les produits et services en tête de liste

Les catégories d'achat des français sont nombreuses, et sont, pour la majorité, non-alimentaire.

  • Mode et habillement : 53,9 % des français ont réalisé des achats en ligne
  • Produits culturels 50,1 %
  • Produits d'hygiène et de beauté 38,8 %
  • Jeux et jouets 37,7 %
  • Produits informatiques et électroménagers 35,2 %
  • Alimentation et boisson 30,3 %
  • Maison et décoration 29,7 %
  • Voyages 27,1 %
  • Musiques, livres ou vidéos en ligne 23,8 %

2/ Les grands gagnants en 2022 sont les marketplaces

Les marketplaces sont les grands gagnants du commerce en ligne, depuis plusieurs années déjà. A leur tête, le mastodonte Amazon de Jeff Bezos qui a déjà séduit un tiers des Français soit 22 millions de nos concitoyens en 2022. Suivi par deux sites français (cocorico !), La Fnac et Cdiscount.

Médiamétrie et la Fevad se sont associés pour délivrés les chiffres du Baromètre trimestriel de l'audience du e-commerce en France avec un classement chiffré des plus grosses plateformes e-commerce en France :

phone system for small business

3/ Comment les marketplaces ont-elles eu une telle croissance ?

Ou plutôt, comment les marketplaces ont obtenu une croissance deux fois plus rapide que les autres e-commerces ?

L'étude LSA co-réalisée avec Mirakl nous apporte plusieurs éléments de réponse. Tout d'abord, les marketplaces étendent leurs réseaux de retailers plus rapidement (46 %) que les e-commerces traditionnels puisque ces vendeurs voient augmenter leur trafic de façon considérable (34 %) quand ils décident de proposer leurs produits sur ces plateformes de vente.

Leurs produits étant variés, ils touchent un nombre croissant toujours plus important de e-acheteurs. De plus, il y a de plus en plus de vendeurs dans le marché du marketplace. Qui dit extension rapide, dit plus de produits, donc plus de possibilités de baisser ses prix pour les rendre attractifs dans un monde où l'acheteur est de plus en plus exigeant et où la compétition est rude.

Le résultat est sans appel : l'activité sur les sites de marketplaces a augmenté de 81 % à la fin de l'année 2020, soit une croissance 2 fois plus importante que sur le reste de l'ensemble des e-commerces mondiaux. L'accélération des ventes de e-commerce en France s'explique donc en partie par l'essor du nombre de vendeurs et de clients sur les marketplaces.

Bien évidemment, la crise sanitaire a accéléré de façon considérable les habitudes des web-consommateurs !

La crise sanitaire : le malheur des uns…

Dans cette note, la Fevad dresse un bilan de l'année 2020. Les acheteurs et boutiques en ligne se sont multipliés avec le confinement. Internet s'est vite imposé comme une solution incontournable pendant l'année qui a été rythmée par de nombreux confinements, couvre-feux et distanciations sociales. En France, ce n'est pas moins de 17 400 sites de e-commerces supplémentaires qui se sont créés !

Après le 2nd confinement, 42 millions de personnes ont fait des achats en ligne. Et pour ceux qui consommaient déjà massivement en ligne, c'est 4 acheteurs sur 10 qui ont augmenté leur nombre de transactions sur le web.

Bien sûr, les achats sur le web ont été considérablement influencés par les confinements et autres restrictions. Privés de tout, les français se sont rués sur différentes alternatives à leurs besoins de loisirs. C'est pour cela que la hausse de 32 % des ventes des produits et services en ligne s'accompagne d'une baisse de 10 % du secteur des services et du tourisme.

Il a aussi fallu s'adapter à ce nouveau mode de vie. Une grande place à alors été donné aux achats culturels et technologiques, pour s'équiper notamment pour le télétravail ou encore pour l'école en distanciel.

Réseaux sociaux : l'avenir du e-commerce ?

Savez-vous que 31 % des Français ont déjà effectué un achat via les réseaux sociaux, et que 24 % pensent qu'ils pourraient le faire ? Ce phénomène est le Social Shopping !

L'influenceur Jonathan Chen insiste sur cette tendance :

phone system for small business

Facebook (76 %), Instagram (23 %), Snapchat (11%), sont les 3 réseaux sociaux avec lesquels les français ont déjà réalisé des achats. Autant de raisons d'acheter des produits sur nos réseaux préférés ! Pour quelles raisons acheter sur les réseaux sociaux ? Une offre promotionnelle (39 %), un produit exclusif (25 %), un produit recommandé par un influenceur (10 %) ou tout simplement parce qu'acheter via cette plateforme nous paraît pratique et rapide (24 %), il y a 1000 raisons de se laisser tenter !

En moyenne, le panier moyen pour un achat sur les réseaux sociaux est situé entre 20 et 50 € par achat, contre 61 € sur un site de e-commerce ordinaire.

Cependant 86 % des français se méfient des publicités sur les réseaux et 39 % avouent que leurs achats sur les plateformes sociales sont souvent des achats impulsifs.

Prévisions sur l'évolution du secteur

Au cours de la dernière décennie, le panier moyen des consommateurs était en constante baisse. Ces dernières années, surtout depuis la crise du Covid, il revient légèrement à la hausse. L'inflation qui a entraîné la hausse des prix y est bien sûr pour quelque chose !

Le commerce électronique s'impose désormais comme une nécessité et devient même la norme. Malgré les exigences toujours plus fortes des consommateurs, plus de 95 % des acheteurs sont satisfaits de leurs achats réalisés sur internet. Et un client satisfait est un client qui revient.

De plus, les français sont de plus en plus attachés (et dépendants ?) au e-commerce, et plus de 70 % des internautes aimeraient que leurs commerces de proximité offrent la possibilité de commander sur internet.

Qu'on se le dise, le e-commerce a encore de beaux jours devant lui !

Un tarif simple, sans engagement

19

Par mois - Par entreprise

  • 3 utilisateurs inclus
  • Appels illimités vers 30 pays
  • Annonces d'accueil, distribution des appels, menu vocal, 'Tapez 1, tapez 2..